Le récit extraordinaire d’un miracle : quand l’infertilité s’est transformée en une bénédiction inattendue

Après avoir essayé pendant sept ans d’avoir un enfant et après avoir reçu le diagnostic de stérilité, Réjane Éreau pensait qu’elle ne pourrait jamais être mère. Cependant, tout a changé lorsqu’elle a fait un voyage en Himalaya et qu’elle a rencontré un médecin tibétain. En France, environ un couple sur huit consulte pour des problèmes d’infertilité, et après deux ans d’essais, 10 % des couples restent infertiles. Les causes de l’infertilité sont variées, pouvant être liées à l’âge de la femme, à des kystes ovariens, à l’endométriose, à des problèmes de sperme, à des blocages psychologiques, à des habitudes de vie ou de consommation, entre autres. Dans certains cas, l’infertilité ne peut être attribuée à aucun des deux partenaires. Dans son témoignage pour Parents, Réjane Éreau, journaliste et auteure du livre « Un bébé, enfin ! », raconte le miracle qu’elle a vécu lors de son voyage en Himalaya et sa rencontre avec un médecin tibétain, après sept années d’essais infructueux et la confirmation de sa stérilité.

Le rôle de l’horloge biologique dans l’infertilité

Réjane Éreau : Ma vie professionnelle était un succès : en tant que responsable marketing puis journaliste, je prenais mes propres décisions et avançais selon mes souhaits. Mes amis me connaissaient comme étant une personne rebelle et libre. À 30 ans, après un an de voyage autour du monde avec mon mari, j’ai annoncé que j’avais une « fenêtre » pour avoir un enfant : j’étais disponible et j’avais l’âge idéal. Après sept ans d’attente, mon mari et moi avons consulté un spécialiste. Le verdict est tombé : j’étais stérile. Étant donné mon âge et mon faible taux de réserve ovarienne, le médecin nous a conseillé de ne rien tenter, ne croyant pas en une donneuse d’ovocytes. Cette nouvelle ne m’a pas dévastée, j’étais déçue, mais plutôt soulagée car la science avait parlé. Elle m’a donné une explication à cette longue attente. Je ne deviendrais pas mère. En sept ans, j’avais déjà un peu abandonné cette idée et cette fois-ci, je pouvais définitivement mettre de côté ce projet. Cependant, huit mois plus tard, je suis tombée enceinte. C’est à ce moment-là que j’ai voulu comprendre ce qui s’était passé. Un miracle ? Peut-être pas.

La solution ayurvédique pour surmonter le stress

le-recit-extraordinaire-dun-miracle-quand-linfertilite-sest-transformee-en-une-benediction-inattendue

Réjane Éreau a partagé son expérience personnelle sur la façon dont elle a surmonté sa stérilité et a finalement réussi à tomber enceinte. Elle raconte comment la médecine ayurvédique a joué un rôle crucial dans sa guérison. Avant de consulter un spécialiste, Réjane et son mari ont passé quelques jours dans une clinique ayurvédique au Kerala, où ils ont rencontré un médecin du nom de Sambhu. Sambhu a abordé la question de la stérilité de manière informelle, en conseillant à Réjane de faire une place à un enfant dans sa vie. Il lui a également conseillé de prendre du temps pour elle-même, car son corps ne suivrait plus si elle continuait à mener une vie professionnelle intense.

Sambhu a ensuite recommandé à Réjane de rendre visite à Amma, une figure charismatique connue pour ses câlins maternels. Bien que Réjane soit allée à contrecœur, elle a été témoin de la dévotion des gens envers Amma et a compris la puissance maternelle. Ces expériences ont réveillé quelque chose en elle et elle a décidé de consulter un spécialiste à son retour.

Cette histoire inspirante montre comment des changements de mode de vie et des rencontres inattendues peuvent jouer un rôle important dans le processus de guérison de la stérilité. Réjane Éreau est la preuve vivante que la persévérance et l’ouverture d’esprit peuvent conduire à des miracles.

L’importance de la vie face à la proximité de la mort

J’ai décidé de réduire mon temps de travail pour me consacrer à un métier qui me correspondait davantage. J’ai également continué à prendre soin de moi en me faisant masser et j’ai travaillé sur des documentaires avec une amie. Toutes ces activités m’ont apporté un certain épanouissement. J’ai pris des mesures concrètes pour avancer dans ma démarche : en gros, je me suis mise en mouvement.

L’été suivant, lors de notre voyage en Himalaya avec mon mari, j’ai rencontré un médecin tibétain qui m’a expliqué que j’avais un déséquilibre énergétique dans mon corps. Il m’a dit que mon corps était froid et peu accueillant pour un enfant. Cette image m’a parlé beaucoup plus clairement qu’un simple taux d’hormones. Le médecin m’a conseillé de manger chaud, épicé, de consommer de la viande et de faire du sport pour réchauffer mon corps. J’ai alors compris pourquoi Sambhu, quelques mois auparavant, m’avait donné du beurre clarifié à manger. Il rendait mon intérieur plus doux, plus rond.

Le jour de ma rencontre avec le médecin tibétain, un violent orage a dévasté la moitié du village où nous nous trouvions. Il y a eu de nombreuses victimes. Cette nuit-là, dans la proximité de la mort, j’ai réalisé l’urgence de la vie.

Le deuxième soir de l’orage, alors que nous étions serrés l’un contre l’autre dans un petit lit, un chaton est venu se blottir entre mon mari et moi, comme s’il cherchait de la protection. C’est à ce moment-là que j’ai compris que j’étais prête à prendre soin de quelqu’un d’autre et qu’il y avait une place pour un enfant entre nous deux.

La maternité : une bataille quotidienne

De retour en France, j’ai dû prendre une décision difficile : licencier quelqu’un dans l’équipe de rédaction de mon magazine. Cependant, j’ai finalement décidé de me licencier moi-même, car j’avais besoin de passer à autre chose. Quelques semaines plus tard, j’ai reçu une nouvelle incroyable : j’étais enceinte de mon fils.

Ce chemin plein de rebondissements a continué même après ma grossesse. À la naissance de mon fils, j’ai ressenti une profonde détresse car mon père était mourant et ma carrière était compliquée. J’étais frustrée et en colère. Je me suis alors demandé ce que je devais changer pour faire face à cette nouvelle réalité.

Un jour, alors que je vidais l’appartement de mon père, je me suis effondrée en pleurs. Rien n’avait de sens pour moi. Une amie coach m’a dit qu’un chaman aurait dit que j’avais perdu une partie de mon âme. Cette réflexion m’a fait prendre conscience que je devais me reconnecter à ma joie et à ma force intérieure.

J’ai décidé de participer à un week-end d’initiation au chamanisme, ce qui a été mon premier moment de liberté depuis la naissance de mon fils. Pendant cette expérience, j’ai ressenti une profonde connexion avec moi-même et j’ai retrouvé ma joie de vivre.

Désormais, je suis ancrée dans mon corps et je prends soin de moi avec bonheur, douceur et bienveillance. Être une femme épanouie ne me rend pas moins puissante, au contraire. J’ai appris que la douceur est également une forme de puissance. Faire le choix d’être présente pour mes proches est également un choix puissant.

Ces expériences m’ont permis de comprendre que la vie est un voyage de croissance et de transformation. J’ai accepté que la femme que j’étais avant est partie et que je renais en tant que nouvelle version de moi-même.

Vos histoires de réussite sont inspirantes et nous montrent que même dans les moments difficiles, il est possible de trouver la force de se relever et de trouver le bonheur.